Les différentes pièces et étapes d'une bonne organisation des toutes premières élections régionales au Cameroun se mettent en place les unes après les autres. À Élections Cameroon, l'organe qui a la charge justement de cette organisation, il n'y a presque plus de repos depuis l'annonce de ce scrutin et bien avant. Des membres du conseil au plus simple agent dans l'arrière-pays en passant par la direction générale, le rythme du travail a atteint des proportions qui traduisent tout le sérieux qu’Elecam veut encore mettre, pour la réussite de ces élections.

A l'immeuble siège à Yaoundé, les sessions et autres rencontres se se succèdent au fil du temps. Les différentes équipes vont de part et autres sur le terrain, ceci dans les différents coins du pays, question de s'assurer que tout est en marche, au regard du mandat de cet organisme qui ne cesse de se réinventer pour relever les défis qui sont les siens.

Lire également ........ Cameroun- Élections régionales: Des dispositions prises pour des opérations réussies dans les zones en crise.

Mardi, 20 octobre 2020, une session de plein droit du Conseil électoral s'est tenue. Il s'est agi de la 4ème du genre. Cette session de plein droit du Conseil électoral qui s'est consacrée en priorité, à l’adoption des résolutions de réintégration, de disqualification ou de correction des erreurs d'écriture sur les listes de candidats, comme ordonné par les tribunaux dans le cadre du contentieux pré-électoral, cela en vue d'un bon déroulement et d'une conduite harmonieuse et consensuelle de ces élections régionales, a expliqué à ses termes, le président de Elections Cameroon.

Dix cas seulement de dossier au total, ont été examinés lors des délibérations de cette session de plein droit. « Une liste soumise par un parti politique et deux listes pour la catégorie des dirigeants traditionnels, ont été rétabli. Dans la même veine, des corrections ont été ordonnées sur deux listes soumises par deux partis politiques et quatre listes pour les représentants des chefs traditionnels; et enfin, une liste d'un parti politique initialement accepté par le Conseil électoral, a été disqualifiée.» a précisé, Abrams Enow EGBE.

Pengrace NGONO