Un peu plus de 5 millions de guinéens étaient attendus aux urnes le dimanche, 18 octobre pour élire le tout premier président de la 4eme République. Sur la ligne de départ, 12 candidats dont 2 femmes et le président Alpha Condé qui a déjà passé 10 au pouvoir. Il espère avoir de nouveau la confiance de son peuple pour ce nouveau mandat, face à des ténors de l'opposition comme Ousman Kaba ou Celloun Dallein Diallo, dans la course, des concurrents farouches et historiques, décidés à tourner sa page. Vont-ils réussir ?

Le président Alpha Condé après avoir voté, avançant vers la presse pour une déclaration.

Globalement dans tout le pays, le scrutin s'est déroulé dans le calme avec cependant, quelques incidents, dans certains bureaux de vote, qui ont été signalés et confirmés par les autorités en charge de la sécurité dans le pays.

"Le peuple guinéen a fait montre de grande maturité et de responsabilité. L'élection s'est déroulée partout dans le pays dans le calme, malgré quelques incidents comme l'empêchement de certains délégués dans certains bureaux de vote, l'ouverture tardif des bureaux signalée dans un centre de vote, des cas des électeurs plus nombreux que sur la liste ou d'autres irrégularités qui ne sont pas documentés et si c'est le cas seront traités par les instances concernées" ainsi s'est exprimé le premier ministre guinéen à la fin de la journée électorale, rendant pratiquement un hommage au peuple. Entouré du ministre de l'intérieur et du secrétaire général de la présidence de la République. il a surtout appelé le peuple guinéen, les différents candidats à la retenue afin d'éviter les escalades verbales qui peuvent engendrer un climat de confusion et de violence dans le pays.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) est la seule instance habiletée à donner des résultats qui ne doivent d'ailleurs qu'être provisoires. Ceux-ci devront intervenir 72 heures au plus tard après que cette Commission qui compte à son sein, les représentants du parti au pouvoir et ses alliés, ceux de l'opposition, ait reçu le dernier procès verbal de recensement de vote sur le terrain.

Aboubakar Sidick Mounchili, envoyé spécial à Conakry.