Les inscriptions sur les listes électorales, commencées en début d'année comme le stipule la loi camerounaise en la matière, clôturent le 31 août prochain. Constat à l'heure de Elections Cameroon(ELECAM), un "très faible taux d’inscription " a déclaré le président de cet organisme en charge de l'organisation des élections et des référendum au Cameroun, Enow Abrams Egbe.

                                                                                                                 Photo/ Divcom Elecam

Une situation préoccupante pour ELECAM, mobilisé déjà pour l'organisation des élections régionales, qui entend tout faire pour booster ces activités d'inscription des électeurs sur le terrain.

Ces préoccupations et bien d'autres ont été au menu de la deuxième session ordinaire du Conseil électoral au titre de l’année en cours. La rencontre a été présidée par le président du Conseil Électoral d’Elecam, Enow Abrams Egbe, au palais polyvalent des sports de Yaoundé. A l'ordre du jour, huit points au total ont été inscrits dont entre autres, le rapport trimestriel d'activités pour les mois d'avril, mai et juin 2020 de la Direction générale de Elections Cameroon, la synthèse des rapports de descente sur le terrain des membres du Conseil électoral du 7 au 22 mai dernier ainsi que l'examen et l'adoption des termes de référence des prochaines descentes.

Sans avoir donné le chiffre, le président de Elections Cameroon a indiqué que le faible taux d'inscription sur les listes électorales, s'explique aussi par la pandémie du Covid 19 auquel le Cameroun fait face.  

« Principalement c’est la période d’inscription sur les listes électorales. Et en ce moment, nous constatons avec regret qu’il y a une timidité à cause de la pandémie du covid 19. Nous croyons qu’à la sortie de cette réunion, les éléments vont être mis en place pour booster les inscriptions le dernier mois avant le 31 août 2020»

A déclaré, Enow Abrams Egbe tout en indiquant la nécessité de renforcer la fiabilité du fichier électoral afin de le rendre plus robuste. Il a ajouté par la suite  que :

" la possession de la carte d’électeur constitue un élément essentiel dans le processus électoral et participe de la mise à jour du fichier"

Quand aux prochaines élections que le Cameroun prépare, Elecam est mobilisé et entend jouer sa partition pour son succès.

Première élection du genre au Cameroun, l'organisme entend, en un coup, prouver sa forte expérience d'organisation des élections apaisées, de moins en moins contestées et solidifiantes de la démocratie.

" Dans la logique du processus de décentralisation en cours, il m’importe de signaler que les élections régionales en perspective, constituent notre prochain challenge et c’est un défi majeur qui nous interpelle, ce d’autant qu’il s’agira pour ELECAM d’organiser pour la première fois un tel scrutin.

Comme vous le savez, l’élection des Conseillers régionaux inaugure l’entrée en scène d’une catégorie nouvelle d’acteurs que sont les représentants du commandement traditionnel. Dès lors, le cadre juridique et institutionnel étant connu, j’en appelle aussi bien à une meilleure appropriation et au respect des textes en la matière, qu’à une vigilance accrue de tous, pour qu’au final nous puissions comme le dit un adage populaire, faire d’un coup d’essai, un coup de maître."

A conclu, Enow Abrams Egbe, le président du Conseil Électoral d’Elecam.

 

Aboubakar Sidick MOUNCHILI