On a aujourd'hui une idée des priorités dans un premier temps du plan de reconstruction des régions dites anglophones au Cameroun. Au terme d'une riche réunion avec des partenaires du pays, il y'a quelques jours dans la capitale Yaoundé, le Coordonnateur National du Comité local d'examen du "Plan présidentiel pour la reconstruction et le développement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun" et ses hôtes, ont dévoilé ce qui pourrait être les premiers centres d'intérêt dans le cadre de cette initiative.

 NOSOreconstruireminepat

En attendant un calendrier de réalisation des actions,  les parties ont connu de la nécessité en même temps de mettre l'accent sur les activités humanitaires et celles portant sur la reconstruction et le développement. Il est question, pendant qu'on va mettre en places qui vont permettre à soulager les souffrances des populations, à sauver les vies et à donner une petite perspective à court terme, de reconstruire et de réhabiliter les différentes infrastructures comme des écoles, des centres de santé fortement endommagés ou détruits pour certains. Il sera question de reconstruire également les réseaux électriques, les routes et bien d'autres infrastructures collectives qui n'existent que de nom pour la plupart aujourd'hui du fait de la crise dans ces régions du Cameroun.
 
L'autre volet des priorités du Comité local d'examen du "Plan présidentiel pour la reconstruction et le développement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun" que coordonne le ministre délégué auprès du ministre camerounais de l'économie, de la planification et de l'aménagement du territoire, Paul Tasong, est des activités qui vise la cohésion sociale. Celle-ci a été mise en mal par la crise reconnait Paul Tasong. "On constate que la plupart des organisations, des associations de la société civile, ont plus ou moins été désaxées. Pour nous permettre d'entrer dans ces deux régions, on veut aussi mettre l'accent dès le début pour permettre à ces organisations d'exister à nouveau puisque ce sont des organisations importantes pour nous accompagner dans les autres phases ou les phases éventuelles de nos efforts ou de nos missions" a t-il déclaré à la presse à la fin de cette concertation à laquelle ont pris part, entre autres, la Coordonnatrice Résidente du Système des Nations Unies au Cameroun, Allegra Maria Del Pilar Baoicchi et le Représentant Résident du PNUD au Cameroun, Jean Luc Stalon.
 
Des blessures lourdes à panser
 
Quatre an déjà qu'une crise séparatiste dure dans deux régions du Cameroun appelée encore des régions anglophones. Les conséquences sur le plan social et économique sont désastreux. Les morts et les déplacés se chiffrent par plusieurs centaines à côté des infrastructures scolaires et hospitalières, les routes et marchés, les édifices publics qui ont été attaqués et détruits pour ne citer que ceux-ci.
 
Au delà d'une guerre interne atroce, insensée pour un pays tourné vers son devenir, comptant sur l'ensemble de tous ses citoyens et composantes, et qui a opté pour une unité et l'indivisibilité de son territoire, la crise dans le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun s'est compliquée au fil des années, malgré de nombreuses initiatives sur le plan national et intetnational, les appels incessants du pouvoir camerounais et les garanties aux combattants séparatistes pour le dépôt des armes. Cette crise séparatiste s'est aussi illustrée par des passes d'arme entre grandes puissances qui, pour certains, ont des gros intérêts au Cameroun, pour d'autres, courtisent le pays.
 
Au fil et à mesure que le temps passe, le calme et la vie reviennent dans ces régions avec le concours de l'armée camerounaise, aux côtés des populations, pour la sécurité des biens et des personnes, du gouvernement et l'ensemble des bonnes volontés décidées pour un retour de la paix dans ces parties du Cameroun. La pandémie du covid 19, un malheur pouvant faire aussi du bien, est venue amener certains combattants et groupes à la raison et les amener à accepter le cessez-le-feu même si c'est pour le temps de cette crise sanitaire. Un  début de la sagesse commente de nombreux observateurs qui peut ouvrir d'autres portes surtout que depuis le Cameroun est entré en guerre contre le coronavirus, les nuits et les jours sont presque calmes dans ces régions.
 
Une brèche de plus pour dire que la voix est vraiment libre pour le gouvernement et le Plan présidentiel pour la reconstruction et le développement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, très attendu sur le terrain par les populations, de se mouvoir en toute sérénité.
 
Pengrace NGONO