Santé / Environnement

Après le  MALAWI et le BURKINA FASO, c'est le tour du Cameroun de recevoir le Centre de recherche spécialisé dans la lutte contre les maladies à transmission vectorielle en abrégé, en anglais, (CRID) qui a mis sur pied un comité de consultation technique pour lutter contre ces maladies au Cameroun. L’installation des membres dudit comité a eu lieu le 09 mai dans un hôtel  de la capitale, Yaoundé lors de la cérémonie de lancement du projet de lutte anti vectorielle dans le pays (PIIVeC). 

Comment amener les professionnels des médias camerounais à s'impliquer plus dans la lutte contre le paludisme dans le pays? La préoccupation est au centre d'un atelier de capacitation qui s'est ouverte le mardi 24 avril 2018 à Yaoundé. Les participants viennent d'un peu de partout et sont journalistes de radio, télévision, presse écrite et médias en ligne.

S'il y'a une chose qu'elles  veulent attendre, c'est de laisser leur forêt telle qu'elle est, afin qu'elle puisse en créer d'autres. Les populations de Ngabe Tikar se sont levées pour réaffirmer à l’Etat  leur volonté de conserver  en état leur forêt communautaire  dénommée APRODELAT. Elles l’ont fait savoir à travers un  «exercice du droit de préemption » adressé au Ministre des Forêts et de la Faune. 

C’était une foule immense qu’on peut dénombrer à plus de 300 femmes le mercredi 21 février 2018  et ce n’est que pour le premier jour pour une opération qui s’étale sur 3 jours. Elles sont venues des quatre coins de la capitale camerounaise, Yaoundé et même des autres villes du Cameroun pour une campagne contre les cancers, particulièrement celui du sein et du col de l’utérus, des pathologies sévères qui minent le milieu des femmes dans le pays comme c’est aussi le cas dans plusieurs autres pays du continent.