Santé / Environnement

Comment faire pour empêcher et lutter contre l’exploitation illicite des ressources forestières et fauniques au Cameroun ? La question est une préoccupation permanente au Cameroun. Jeudi, 26 juillet 2018, s’est tenu à Yaoundé, un important atelier autour de cette problématique. Il s’agit l 'atelier du système de vérification communautaire de la légalité des bois des forets communautaires au Cameroun (SVCL) auquel ont pris part, plusieurs acteurs intervenant dans ce secteur dont les représentants  et gestionnaires des forets communautaires de la fédération des unions des GICS et regroupement des forets communautaires du Haut Nyong ( FUGIRFOC), les personnalités administratives (MINFOF, MINEPDED), les  délégations de l 'Union Européenne,  les organisations internationales et partenaires techniques, les organisations de la société civile nationale et les organisateurs du secteur prive venus de toutes les régions du pays. L’atelier s’est déroulé en présence du représentant du ministre camerounais de la forêt et de la faune.

Lancé en 2012 sous la supervision de la Commission des Forêts de l'Afrique Centrale (Comifac), le projet régional REDD+, le projet de renforcement des capacités institutionnelles en matière de REDD+ pour une gestion durable des forêts dans le bassin du Congo, basé à Yaoundé au Cameroun, a fermé ses portes après plus de 5 ans. Après toutes  les phases ou étapes en matière de fin de projet, il ne restait qu’à ceux qui avaient animé cet important dispositif au chevet des institutions et des pays du bassin de Congo de se retrouver pour la  dernière fois afin de se séparer dans une ambiance agréable et mémorable. C’est au Bois Saint Anastasie à Yaoundé, le 20 juillet 2018 qu’a eu lieu cette dernière rencontre, entre le secrétaire exécutif de la Comifac avec la brillante équipe du PREREDD qui a bravé de par son engagement et son attachement au bon déroulement de ce projet dirigé pendant toutes ces années par un coordonnateur, Hervé Martial Maidou qui s’est donné à fond pour les élogieux résultats obtenus.

On n’est peut-être pas si loin de là. Ce qui est sûr, c’est que si ce projet de loi arrivait à être déposer le plus vite possible sur la table des parlementaires camerounais, ce serait visiblement, l’une des belles nouvelles de ces dernières années dans le pays. La question de l’élaboration d’un projet de loi sur la couverture santé universelle  et le dépôt au parlement se posent de plus en plus. D’abord parce qu’il y a urgence sur le terrain, ensuite parce que le processus est assez bien avancé et enfin, après des échanges, en présence de plusieurs acteurs dont des bailleurs de fonds, entre les parlementaires, le ministre de la santé publique et les membres du groupe technique national qui travaillent sur cette couverture santé universelle et sa mise en place au Cameroun, les élus ont affiché un réel intérêt pour la question.

Le Groupe Technique National sur la couverture santé a ouvert ses travaux mardi 05 juin 2018 à Yaoundé. Chaque activité menée au Cameroun sur cette question est suivie avec un grand intérêt à travers les quatre coins du pays.  C’est le ministre camerounais de la santé publique, André Mama Fouda  qui a présidé la cérémonie d'ouverture de ces activités  du Groupe Technique National sur la couverture santé universelle. Cela s’est passé en présence de nombreux partenaires techniques et financiers  du Cameroun, des organisations non gouvernementales, des hommes de média et de nombreux membres du gouvernement, preuve de l’accent que  le Cameroun met désormais sur la question de la couverture santé universelle  en faveur de ses populations.