Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Ils n’étaient pas rejetés dans la société mais leur cas, comme celui des autres personnes qui sont dans la même situation, restait une préoccupation. C’est une nouvelle vie donc qui s’ouvre tout de même pour plus de 1000 enfants du département du Nyong-et-Kéllé, région du Centre au Cameroun grâce au gouvernement à travers le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille. Les âges  de ces enfants varient d’un à l’autre. Ils avaient quelque chose de commun, une situation ouverte sur l’apatridie, c’est-à-dire celle d’une personne qui n’est reconnue par aucun Etat  au monde comme citoyen et ne peut ainsi jouir de tous les droits attachés à la citoyenneté comme entre autres, l’inscription à l’école, l’établissement d’un certificat de nationalité, la participation à la vie du pays, à cause déjà  de l’acte de naissance, leur premier précieux document de la vie qu’ils ne possédaient pas.  Les raisons sont très nombreuses parmi lesquelles le manque d’informations et la négligence de certains acteurs dont les parents. L’évènement qui s’est passé à Eséka, le Vendredi, 14 Septembre 2018, n’est pas le premier du genre dans le pays.


 Le Cameroun est  déterminé à assurer à tous les enfants nés sur son territoire, toute la protection qui leur revient et toutes les garanties afin qu’ils jouissent de ce fait, de tous les droits sans aucune exclusion, que leur confère la citoyenneté camerounaise dès lors que cela est établi au regard des textes en vigueur.

La cérémonie officielle de remise des actes  de naissance aux enfants du département du Nyong-et-Kéllé  a été présidée par le Ministre de la promotion de la Femme et de la Famille, Catherine Abena Ondoa  au centre de la promotion de la Femme et de la Famille d’Eséka. La grande opération qui venait ainsi sortir ces milliers d’enfants de l’exclusion, jouait les prolongations de la célébration de la 28 ème édition de la journée de l’Enfant africain dont le thème est, on ne peut plus significatif : « Aucun enfant laissé pour compte pour le  développement  de l’Afrique ».

A l’occasion de cette célébration et dans le cadre de la politique constante du gouvernement qui fait tout pour que les droits de chaque camerounais soit respecté, des parents ont été sensibilisés et des mesures particulières prises pour l’établissement rapide des actes de naissance à ces enfants qui n’en disposaient pas depuis leur naissance. Au cours de cette cérémonie, en présence de plusieurs personnalités publiques de la région du centre et du reste du pays, des responsables du Bureau National d’Etat Civil d’Eséka, de plusieurs associations, organisations paysannes , groupes religieux, des hommes des médias, des invités de tout bord et une foule immense de populations venus des différents coins du département du Nyong-et-Kéllé, les actes ont été remis à quelques enfants, un échantillon constitué sur plus de 1000 désormais des citoyens à part entière pouvant  jouir de tous leurs droits socio – économiques,  politiques et culturels. Leur acte leur donne  ainsi  par exemple l’accès au droit à l’éducation, la santé, l’hérédité  et l’appartenance à la nation  camerounaise.  La liste est longue.

 

Dans son allocution  de circonstance, le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Catherine Abena Ondoa a remercié tous les membres de l’Administration qui ont œuvré pour que ces enfants entrent en possession de leurs actes en insistant  sur l’importance de l’acte de naissance dans la vie d’un être humain.  L’acte de naissance, « c’est l’accès aux différents droits de l’individu,  c’est aussi  ce qui donne le statut de citoyen d’un pays » a-t-elle dit. Elle a également  interpellé les parents à plus de responsabilités à l’endroit de leurs progénitures dans la déclaration  et  l’établissement   des actes de naissances.  Une interpellation, on peut espérer, n’est pas tombé dans les oreilles des sourds.

Pour joindre l’utile à l’agréable, la cérémonie a  été  rehaussée par des  prestations musicales, des groupes de danses traditionnelles de la zone. Invités, parents, autorités  administratives  ont été tous heureux  de voir ces  tous petits brandir avec joie, leur acte de naissance  comme pour confirmer la logique, « Un Enfant, un acte de naissance ».  

Sorelle EMAGNETIK