TOUTE L'EQUIPE de AFRIKNOUVELLES.INFO VOUS SOUHAITE UNE BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2019

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le Cameroun  s’est joint au reste du continent pour célébrer la journée de la femme africaine. Rendue à sa 56ème édition, cette célébration a connu une participation et effervescence particulières autour de la ministre camerounaise de la promotion de la femme et de la famille, Marie Thérèse Abena Ondoa. C’était le 31 juillet 2018  au cercle municipal de Yaoundé, pratiquement l’apothéose d’une série de manifestations organisée çà et là dans le pays pour chanter et vanter la femme africaine, socle de la famille et surtout exalter le rôle qui est le sien, le rôle d’encadreuse, de vecteur de la paix, actrice de premier plan de développement dans une Afrique qui a fortement besoin d’elle, une Afrique presqu’aujourd’hui à la croisée du chemin, où entre autres, insécurité, violence de toute sorte, dépravation des mœurs, pauvreté, creusent chaque jour, plus profondément leur lit.

Cette célébration a été comme c’est toujours le cas, une autre occasion de démonstration du savoir-faire des femmes africaines à travers une foire-exposition qui a donné, à chaque visiteur, le soin d’être convaincu que la politique de l’autonomisation des femmes est en marche et doit être renforcée pour que le continent compte plus que jamais sur la femme, capable de relever tous les défis, telle que l’on la voit sur le terrain dans tous les domaines. Les sons et les couleurs n’ont pas manqué, entretenus par exemple par des grands groupes de danse rwandais, centrafricain et camerounais de l’ère culturelle anglophone, qui ont donné une autre dimension à cette cérémonie au cours de laquelle, l’on en a profité pour faire le point, dans les différentes allocutions, sur la marche de la femme africaine, la femme en général au Cameroun, ce qui est fait par les pouvoirs publics, les acquis palpables sur le terrain venant de tout bord, ce qui est attendu de tous ou les défis avenirs. Ce fut un véritable moment de régal.

L’objectif de cette célébration est aussi d’accroitre entre 2010 et 2020, l’efficacité, la visibilité et l’impact des politiques visant à assurer le plein exercice des droits des femmes dans les domaines économique, politique, social et culturel. C’est ainsi qu’il a été rappelé et illustré, le combat qui se fait entre autres, avec des résultats qui suscitent tout de même de l'espoir malgré des défis qui restent encore enormes, dans les chantiers par exemple de la lutte contre la pauvreté,  l'autonomisation économique et l'entreprenariat des femmes, l'agriculture et la sécurité alimentaire, la santé, la mortalité maternelle et le vih/sida, l’éducation, les sciences et technologie, l’environnement, le changement climatique, le développement durable, la paix, la sécurité et les violences à l'égard des femmes, la gouvernance et la protection juridique, le domaine du financement et budgétisation du genre, la promotion des femmes aux postes de responsabilités  et enfin les mouvements des jeunes femmes .

Le message qui est ressorti  ainsi de cette 56ème édition de la femme africaine est la consolidation  de la paix et de l'unité nationale qui apparaissent comme moyens les plus  efficaces pour optimiser les acquis en matière de développement. Il y’a également eu le message d’appel  au serrement des rangs dans la lutte contre les actes de violences et de terrorisme qui compromettent gravement les initiatives de développement et la protection des familles particulièrement la protection des femmes et des enfants. A cette occasion, les femmes africaines  se sont mobilisées pour dire non à la violence, à l’intolérance, aux conflits et aux guerres. Elles disent oui à la concorde, à la solidarité, à la fraternité, à l’unité, au vivre ensemble, oui au rassemblement des peuples, à la paix et à sa quête permanente, condition de la survie de l'humanité et de tout développement durable.

Avec pour thème choisi cette année « renforcer la collaboration, optimiser les acquis »,  le 31 juillet a été consacré « Journée de la femme africaine » à l’occasion du premier congrès de l’Organisation Panafricaine des Femmes qui s'était tenu à Dakar, au Sénégal, le 31 juillet 1974 découlant de la date historique du 31 juillet 1962 au cours de laquelle des femmes de tout le continent africain s'étaient réunies pour la première fois et avaient créé la première organisation de femmes, la "Conférence des Femmes Africaines". C’était à Dar es Salaam en Tanzanie.


Sorelle EMAGNETIK/ Aboubakar Sidick M.

0
0
0
s2sdefault

L'interview de la semaine

Exclusif: "Les actions de la Turquie sur le terrain africain devraient servir de...

C'est ce que pense le Dr Ibrahim MBOMBO MOUBARAK, président de l'Union Islamique du Cameroun(UIC)....

Lire la suite

Eliane ZENE ONDO, la dame «bulldozer» qui veut décrocher sa place au Sénat

C’est une dame à la carrure imposante et au sourire à tout bout des lèvres. Son verve acerbe et...

Lire la suite

Insalubrité dans les villes camerounaises : « Il y a des maires qui n’ont jamais compris...

Pour faire le round up de l’actualité, nous donnons la parole à Nji Louh Amadou. Avec lui, nous...

Lire la suite

Succes story : Eding FC de la Lekie a la chance d'avoir un entrepreneur

Sacré champion seulement après deux années passées en championnat de première division, la ligue...

Lire la suite

Alerte:« Le stress expose plus de 70% des travailleurs camerounais aux AVC »

C'est ce que pense le Dr Hamadou Nassourou, cardiologue, Président de la Cameroon Hypertension...

Lire la suite

Afriknouvelles.info WebTV

INFOS PLUS

Scène musicale: Label Icon Fusion, une vaste et belle ambition de détecter et de faire émerger une nouvelle génération d’artistes musiciens africains !

alt=

Les choses ne seront peut-être plus comme avant. Ceux qui rêvent que la musique africaine en général et camerounaise en particulier retrouve ses lettres de noblesse, ont aujourd’hui un motif d’espoir.  Le projet de label musical, label ICON FUSION, né en 2017 de l’ambition d’améliorer la production et la musique camerounaise, est sur les roulettes. Cette  musique qui connait un essor et une portée fulgurante en laissant ses marques sur les scènes et événements en Afrique et ailleurs, trouve là, un précieux partenaire qui va l’accompagner.

Read more

Burkina-faso-Insécurité alimentaire: Plus de 61 millions de dollars pour lutter contre le fléau en 2019

alt=

L'annonce faite en fin de semaine par le ministre burkinabé de l'agriculture dans un communiqué va certainement faire plaisir à plus d'un dans le pays. L'Etat entend au cours de cette année 2019 consacrer plus de 61 millions de dollars dans le cadre de la lutte contre l’insécurité alimentaire. Au Burkina en 2018, plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées en situation d’insécurité alimentaire en raison d’un déficit céréalier de 477 000 tonnes enregistré lors de la campagne agricole 2017-2018.

Read more

Fériel Berraies Guigny : La femme pluridimensionnelle attendue au Maroc pour le lancement du 1er réseau International des femmes dirigeantes

alt=

Difficile de la présenter en quelques lignes ou mots. Fériel Berraies Guigny, l’imposante tunisienne au parcours atypique et extrêmement riche, qui se présente elle-même comme «une femme du Monde, à cheval entre les cultures, une femme éprise du beau, de l’humain avec une certaines idée des valeurs humaines et de la justice, une touche à tout, curieuse, ouverte et multifacette, un électron libre, très exigeante et intransigeante quand elle s’attelle à un projet, prendra part au lancement à Casablanca, le 24 janvier 2019 du tout premier réseau International des femmes dirigeantes dénommée WIMEN, une Association qui ne compte que des femmes d’envergure dans le milieu entrepreneurial sur le continent africain et ailleurs.

Read more

Investiture : La RDC confirme sa souveraineté, le président élu, Félix Tshisekedi prête serment

alt=

Rien n’a pu arrêter le peuple congolais déterminé à affirmer, s’il en était besoin encore,  qu’il reste maître de son destin. Même pas les sorties de l’Église catholique et ses observateurs investis dans le pays lors de la présidentielle 2018, les tergiversations de l’Union Africaine, ni les déclarations et positions prises de certains pays occidentaux qui ont bien ressemblé à l’ingérence, ont freiné ou troublé, en aucune une seconde, la sérénité de la Commission Nationale Indépendante du Congo et ensuite, la Cour constitutionnelle, de jouer, chacune son rôle dans cette consultation électorale en RDC. Le président élu, Félix Tshisekedi sera investi dans ses fonctions et porté en triomphe ce jeudi 24 janvier 2019 par tout un pays qui rêve de l’alternance au pouvoir depuis plusieurs décennies.

Read more

LES DERNIERS ARTICLES

JSN Epic template designed by JoomlaShine.com