Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Au lendemain de la débâcle de Maurice Kamto dans son département des  hauts plateaux natal, certains de ses cadres de la région de l’Ouest vont bientôt répondre en justice de leurs actes de violence. Au moment ou nous bouclons cette publication, nous apprenons que dans les hauts plateaux, Région de l’Ouest-Cameroun,  au moins trois plaintes sont déposées au Tribunal de première instance de Bafoussam.


Si la plainte de l’honorable maitre Benjamin Sonké est dirigée apprend-on contre inconnu, il y a lieu de faire remarquer d’après la même source que celle de Mabou David, chef du village Baho et celle de  Kamdem Dieudonné, industriel, président de la sous-section Rdpc de Bahiala, accusent nommément les cadres du parti de Maurice Kamto.

La plainte de Mabou David accuse les cadres du Mrc de violation de domicile et d’agression. Dans cette plainte dont nous avons finalement pris connaissance, il ressort que le 04 octobre 2018, monsieur Mabou David a surpris les militants du Mrc en pleine réunion dans  son foyer familial.  Il indique qu’il avait pourtant conseillé les responsables de ce parti d’aller tenir leur meeting sur un lieu public. Et lorsqu’il leur a demandé de quitter son foyer, il a reçu des menaces verbales et une agression physique. Or le code électoral exige que les réunions de campagne soient autorisées par l’autorité administrative ou reçoivent l’assentiment du propriétaire des lieux  si c’est dans un domicile privé. Ce qui n’a pas été le cas.

Quant à ce qui convient désormais d’appeler «  Affaire Kamdem Christophe », les faits remontent au 07 octobre 2018.
Alors le scrutin se déroulait dans le bureau de vote du centre de santé intégré de Hiala, le coordonnateur régional du Mrc, monsieur Kamdem Christophe a fait irruption au domicile de l’homme d’affaires, kamdem Dieudonné, situé à bonne distance de ce bureau de vote.

A son arrivée, il va commencer par proférer des menaces de mort à Monsieur Kamdem Dieudonné alors en pleine causerie avec ses collaborateurs. Face au silence du propriétaire des lieux, le leader du Mrc va passer à l’attaque physique. Il nous revint qu’il a fallu l’intervention de la gendarmerie pour que Monsieur Kamdem Dieudonné ait la vie sauve. Des actes de barbarie qui nous rappellent les moments chauds de 1990.

Ces agressions, nous a-t-on dit, étaient la mise en exécution des menaces proférées quelques jours avant par sieur Kamdem Christophe qui disait à qui voulait l’entendre qu’au soir du 07 octobre, il se retrouvera soit à la morgue, soit en cellule pour avoir tué.

Le chef Baham sali par ses détracteurs

Les faits  ainsi relatés peuvent être vérifiés auprès de nombreux témoins. Depuis quelques jours, le nom de sa majesté Pokam Max est trainé dans la boue par ces détracteurs qui n’ont jamais supporté qu’il soit devenu sénateur.

Par réseaux sociaux interposés, ces ennemis du progrès écrivent que le chef à confisqué le téléphone de Kamdem Christophe, et qu’il était partisan de l’achat des consciences. Toute chose qui défie toute logique, Sa Majesté Pokam Max n’ayant participé à aucune action de ce genre.

Pour ce qui est de la plainte de l’honorable Maitre Benjamin Sonké, les faits remontent au 05 octobre. La victime revenait d’une réunion de la commission juridique du  Rdpc des hauts plateaux avec l’honorable maitre Fotso Faustine. Il a été filé par un véhicule qui le suivait de prés. Chemin faisant, il va se retrouver nez à nez avec un autre véhicule qui avait garé de son coté en prenant soin de laisser les phares allumées. Le chauffeur de l’honorable a eu le reflexe de contourner ce véhicule garé et de poursuivre la route.

Plus grave cette même nuit-là, il recevra à sa résidence de Kamkatse des hommes inconnus qui y ont fait irruption et ont passé plusieurs moments de la nuit à frapper ça et là les ouvertures.

Bon à savoir, l’honorable Sonké  Benjamin, tout comme Monsieur Kamdem Dieudonné font partie de l’équipe choc mise en place par le Pr Luc Sindjoun, ministre conseiller spécial du président de la république et qui a travaillé d’arrache pied pour donner à Maurice Kamto, la défaite dans les hauts plateaux

C’est dans cette équipe  que l’on retrouve des personnalités telles que Monsieur Teguia Kamdem  Isidore maire de la commun de Baham, Honorable Datouo Théodore, vice président à l’Assemblée nationale, Honorable  maitre  Sonké Benjamin avocat, ancien président de la commission disciplinaire du Conseil Supérieur de la magistrature , Kamdem Dieudonné  industriel, Kamdem Didier, président de la section Rdpc des hauts plateaux Sud, Fongang Bernard, président de section Rdpc des hauts plateaux nord Est, Chedjou Gabriel, président de la section Rdpc des hauts plateaux Nord, Kamdoum René, maire de la commune de Bamendjou, qui  ont pris d’assaut le terrain du département, surtout les deux derniers semaines avant la tenue de l’élection.

Stéphane Ndongo