Les représentants du Cameroun et du Nigeria sont réunis à Yaoundé autour des questions sécuritaires le long de la frontière qui sépare leur deux pays respectif. Le Comité de sécurité transfrontalière Cameroun-Nigeria a ouvert jeudi 04 juillet 2019, sa 7ème session dans la capitale camerounaise.

 

Pendant 2 jours, les membres des deux  délégations vont faire le point sur le chemin parcouru, depuis les assises d'Abuja en février 2018(6ème session du #Comitédesécuritétransfrontalière #Cameroun-Nigeria) et ses recommandations, et vont se pencher sur la recherche de nouvelles stratégies ou solutions face aux  problèmes communs sur le plan de la sécurité, le long de la frontière que partage en commun, le Nigeria et le Cameroun.

Les travaux ont été ouverts par le ministre camerounais de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji en présence de la délégation nigériane, forte de plus d'une trentaine de membres et conduite par le Général de Brigade, EA NDAGI.

Dans les allocutions de l'ouverture des travaux, le ministre camerounais et chef de la délégation du Cameroun à cette assise et la partie nigériane ont tous deux salué l'excellente relation multiforme qui existe entre le Nigeria et le Cameroun en évoquant l'intérêt que Yaoundé et Abuja accordent aux travaux de ce comité à chaque fois qu'il se tient.

Ce comite créé par un Accord bilatéral signé à Abuja au Nigeria le 28 février 2018 a pour mission d'intensifier la coopération entre le Nigeria et le Cameroun en matière de sécurité transfrontalière en proposant aux gouvernements de deux pays, des mesures de lutte contre la criminalité transfrontalière.

Cette 7ème session arrive toujours dans un contexte de grand défi sécuritaire le long de cette longue frontière qui sépare le Cameroun et le Nigeria, sur pratiquement cinq régions sur 10 au Cameroun contre 4 Etats fédérés du #Nigeria. Les problèmes  commun à ces deux pays à leur frontière sont entre autres le terrorisme, le grand banditisme, la piraterie maritime, les trafics de tout genre( humains, faux médicaments, drogues,etc), la prolifération et la circulation irrégulière des armes, les conflits agropastoraux, le braconnage dans les parcs et réserves, la contrebande et le blanchiment d'argent. La rencontre de ce comité est toujours une occasion de faire une évaluation de mesures déjà en marche sur le terrain face à tous les problèmes rencontrés, occasion aussi de chercher d'autres stratégies ou solutions. 

Le Nigeria et le Cameroun sont liés par une longue et riche histoire et entretiennent l'une des plus forte coopération de la zone sur le continent avec des peuples qui vivent également paisiblement de par et d'autre. Même l'ancien conflit frontalier et celui de la presqu'île de #Bakassi, heureusement résolus, n'ont pas réussi à briser le cheminement commun et l'entente mutuelle entre les deux pays. Au contraire, le #Cameroun et le Nigeria  en ont profité pour passer un grand message au monde entier, celui de faire comprendre à tous qu'on n'a pas besoin nécessairement des armes pour résoudre un différent. La disponibilité à vivre en paix avec son voisin ou l'autre, le dialogue, sont des vertus intarissables surtout sur le continent africain qui devraient éclairer tout le monde.

 Aboubakar Sidick MOUNCHILI