Politique

Les élections législatives  seront reprises dans  11 circonscriptions électorales dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Elections Cameroon(ELECAM) se mobilise pour une organisation parfaite et à la hauteur des défis sur le terrain.

On se serait attendu que des fortes contestations post électorales se fassent jour au Cameroun et s'intensifient au regard de la proximité du double scrutin législatif et municipalu qui touche directement la vie des populations. On se souvient encore des revendications persistantes d'une certaine formation politique qui a tenu en haleine l'opinion nationale et internationale au point, pour la plupart des leaders, de se retrouver derrière les barreaux. Que non, le peuple camerounais a su être légaliste en s'engouffrant plutôt dans le canevas du droit, préservant ainsi la paix sociale chère au Cameroun, perturbée ces dernièrs temps. 

Au cours d'un point de presse, quelques minutes après la fermeture des  bureaux de vote, le dimanche soir 9 février 2020, " sur la base des rapports sécuritaires venus des différentes régions du Cameroun ",  le ministre de l'Administration territoriale, est monté au créneau.   " Le mot d'ordre de boycott lancé par certains responsables de partis politiques qui, en réalité, ont eu peur de participer aux élections, a été ignoré par l'immense majorité des camerounais"  a déclaré, Paul Atanga NJI, en indiquant que "les élections législatives et municipales, se sont déroulées dans le calme et la transparence dans l'ensemble du pays".

L'ambition du parti au pouvoir et ses candidats en lice dans les Hauts plateaux, plus précisément à Baham pour ce concerne cette ville, a été affichée tout au long de la campagne électorale qui s'acheve le 08 février à minuit. Pour assurer une victoire sans bavure du Rassemblement Démocratique du Peuple camerounais(RDPC), Didier Kamdem, président de la section Rdpc des Hauts Plateaux centre, président de la commission communale de campagne n'a rien négligé.