Alors que l'État centrafricain, à la grande joie des populations, de l'Afrique tout entière et du reste du monde, se remet peu à peu debout au fil des jours, malgré encore de nombreuses difficultés et regains de tension par moment, des atrocités d'une crise qu'il l'a fragilisée pendant plusieurs années, la situation de ces dernières semaines dans la ville de Birao, au nord-est du pays dans la préfecture de la Vakaga, vient encore ajouter à l'insomnie que le monde a déjà pour la RCA.

 

Crédit Photo:OCHA RCA/José Toundou  

D'après la Coordonnatrice humanitaire en République centrafricaine, Denise Brown, les affrontements à Birao, " ont provoqué une crise pour la population locale et constituent une violation manifeste des Droits de l'homme." « Les affrontements qui se sont déroulés à Birao au cours des deux dernières semaines ont forcé des familles à fuir leur domicile pour se mettre à l’abris des combats. Des maisons auraient été incendiées et des pillages ont eu lieu », a-t-elle déclaré dans un communiqué rendu public le mardi 17 septembre 2019. Le même document stipule qu'à la suite des combats du 1 septembre, puis à nouveau le 14 septembre, plus de 13 000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ont été contraints de fuir leur domicile pour chercher protection contre les violences.

Malgré l'insécurité et les problèmes d'accès persistant, les partenaires humanitaires au côté de la Centrafrique ont immédiatement déployé sur le terrain le personnel, dans les 48 heures qui ont suivi les premiers combats du 1er septembre. Le matériel d'abris d'urgence, des médicaments, des intrants nutritionnels et des vivres ont été acheminés et à ce jour, un pont aérien de trois navettes par semaine a été établi rassure, Denise Brown, Coordonnatrice humanitaire en République centrafricaine.

Lire également

Rca: Plus de deux millions de personnes encore en attente d'aide humanitaire

Mais face aux défis, les besoins à Birao comme dans plusieurs autres coins du pays sont importants. Le plan de réponse humanitaire de la RCA 2019 est financé à moins de la moitié des fonds requis, avec seulement 207,9 millions de dollars reçus sur les 430,7 millions sollicités d'après la leur domicile à cause des violences, d'après le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires en RCA, d'où l'appel lancé, une fois de plus, "aux donateurs pour qu'ils augmentent leur financement d’urgence pour la réponse humanitaire en RCA, étant donné que le nombre de personnes dans le besoin risque d’augmenter."

Aboubakar Sidick MOUNCHILI