User Rating: 0 / 5

Star inactiveStar inactiveStar inactiveStar inactiveStar inactive
 

La question est au centre d'un atelier de deux jours consacré à la revue du portefeuille de coopération entre le Cameroun et la banque mondiale, ouvert le mardi,19 mars 2019 dans la capitale camerounaise. La rencontre arrive à point nommé et se situe dans une démarche propre aux deux partenaires qui souhaiteraient voir les projets de développement inscrits dans leur portefeuille de coopération exécutés, de façon optimale, efficace et dans les délais afin que les populations puissent en bénéficier rapidement. Or ce n'est pas toujours le cas.

 

(C) Photo CELCOM Minepat-Cameroun

Sur les 15 projets de développement, révélant de ce portefeuille sur le terrain, 8 connaissent, constate-t-on des difficultés en matière d'implémentation. Le taux de décaissement tourne autour de 46,1% pour ces projets de développement qui pèse près de 1000 milliards de FCFA. Pour Mazen Bouri, représentant de la directrice des Opérations de la Banque mondiale au Cameroun, cet atelier de revue est une excellente opportunité qui permettra d'identifier les obstacles rencontrés et dresser des mesures appropriées pour y faire face. Charles Assamba Ongodo, Directeur Général de la coopération et de l'intégration régionale au Minepat qui a présidé cet atelier au nom du ministre camerounais de l'économie, de la planification et de l'aménagement du territoire, partage le même optimisme. Y prennent part, des représentants des administrations publiques et des coordonnateurs de projets financés par la Banque mondiale au Cameroun.

En Mars 2017, un exercice similaire avait permis de relever plusieurs problèmes dans la mise e mise en œuvre desdits projets au Cameroun. Ces problèmes sont de plusieurs ordres et se situant au niveau de la passation des marchés, de la gestion fiduciaire en passant par les questions d’indemnisation des populations. A cela s’ajoutent, pour le compte de l’exercice 2018, reconnait, Charles Assamba Ongodo, entre autres, d’autres préoccupations comme les difficultés dans l’appropriation de la loi des finances, les difficultés managériales, la non maturité de certains projets et la situation sécuritaire dans certaines régions du pays qui constituent de véritable obstacles, Des recommandations avaient été faites lors de cette revue conjointe du portefeuille des projets de développement de la Banque mondiale au Cameroun en 2017. Au cours du présent atelier, ces recommandations vont également être évaluées sur le plan de la mise en œuvre.

Aboubakar Sidick MOUNCHILI