Société

C'est dans un contexte particulier que se célèbre cette année au monde, la fête du sacrifice. La morosité observée dans les rues de nombreuses capitales et localités sur le continent africain, la difficulté chez certains fidèles à s'offrir un bélier à immoler, faute de moyens financiers conséquents, en disent long sur ce contexte marqué par la pandémie du coronavirus qui continue à faire des ravages. Au Cameroun, un autre ennemi s'est même invité à côté du Covid 19 et les nombreux problèmes quotidiens auxquels les populations font déjà face.

C'est une initiative conduite par l'association GOLDE WIDE COMMUNICATION. Elle s'étale sur un mois, à partir du 02 août 2020 et va couvrir les 08 arrondissements que compte le département du Noun. Cette campagne est motivée, d'après les responsables de cette association, par la résistance que font encore les mariages précoces face aux discours et actions venant de bord, indexant ce fléau dans plusieurs régions du Cameroun dont celle de l'Ouest et plus précisément le département du Noun.

L'assassinat d'une rare et odieuse violence sur la gardienne de prison en service à Bamenda dans la région du Nord-Ouest Cameroun, kidnappée le 29 septembre 2019, ne restera pas impuni. Deux suspects, deux présumés visages de cet insoutenable horreur sur Florence Ayafor, formellement identifiés dans la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux présentant son exécution, ont été présentés à la presse, le vendredi 10 juillet 2020 à Yaoundé. Cet assassinat avait indignité tout le Cameroun, voir tout le monde entier.

Les membres statutaires de l’Union Islamique du Cameroun (UIC) venus des quatre coins du pays se réunissent les 06 et 07 mars 2020 à Douala dans le cadre d'une assemblée générale sur le thème central, " redynamisation de l'UIC: responsabilité des imams et la communauté islamique dans la nécessité morale pour un retour à la paix et pour l'émergence du Cameroun ".