Santé / Environnement

La session parlementaire du mois de novembre en cours au Cameroun est une occasion tout en or, trouvée par les Organisations de la Société Civile, des leaders qui ont ont repondu à l'appel de Olivia NGOU et l'urgence à s'impliquer pour l'éradication du paludisme, le VIH-Sida, la tuberculose et actuellement le Covid 19, et " les Champions" engagés pour cette cause. Il s'agit de faire avancer le " mouvement" sans relâche de lobbying pour l'augmentation des fonds alloués à la santé en Afrique, au notamment, pour pouvoir vaincre ces pandémies qui déciment les populations.

Face à ce qui se vit actuellement dans plusieurs régions du monde notamment en Amérique et en Europe, il est peut-être temps de rappeler, une fois de plus, dans un pays comme le Cameroun, avec les faits et gestes qu'on observe au quotidien, qu'on n'est pas encore sorti du danger et des catastrophes du coronavirus. Bien au contraire, le pire peut arriver si on n'y prend pas garde.

C'est encore une bonne nouvelle pour le continent noir. La pandémie continue de relentir en Afrique, avec une baisse de 2% des nouveaux cas d'après l'OMS. Une alerte de l'organisation, publiée le 24 septembre 2020, parle également d'une diminution plus soutenue des décès et la situe autour de 14%.

L’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) entend jouer à fond sa carte d’organisation déterminée pour le devenir de ses Etats membres et pour un monde plus ouvert où les différents Etats sont solidaires et avancent ensemble. C’est dans cet esprit que s’inscrit, le tout premier sommet extraordinaire intersession des chefs d'État et de gouvernement de cette organisation, convoqué le 3 juin 2020 par son président en exercice, le Chef de l’Etat kenyan, Uhuru Muigai Kenyatta, face à la crise du Covid 19 à laquelle le monde fait face aujourd’hui. Une rencontre virtuelle et inédite dans l’histoire de l’OEACP depuis qu’elle existe, il y 45 ans déjà.