Déclarations du Dr. Ibrahim Moubarak Mbombo. Face aux turbulences et à tous les problèmes que connaissent plusieurs pays, les peuples partout au monde aujourd’hui. La pensée du sacrifice reste une solution psycho spirituelle pour toute l'humanité selon ce Grand Imam et Président du Conseil camerounais des imams, des mosquées et des affaires islamiques, pr président national de l'Union islamique du Cameroun (UIC).

N

Tel est en fait la substance de son message délivré aux fidèles musulmans et  à tout le reste des citoyens lors de la célébration de la fête du sacrifice lundi dernier, édition 2016. Pour une paix veritable au monde selon lui, il faut que les hommes réussissent  à comprendre profondément et  mettre en pratique que  la véritable guerre qu’on doit mener partout et à tout temps, est celle contre l’injustice humaine appelée la guerre pour  la pureté du cœur et de l'esprit, une guerre où les armes utilisées ne sont que la foi,  la crainte de Dieu et l'amour pour Dieu avec cependant pour ennemi à combattre, sa propre passion, son esprit du mal. C’est ce qu’il a appelé la guerre sainte, terme que l’on déforme plutôt dans son sens  à des fins inavoués. Pourtant la guerre sainte dit tout autre chose. Illustration dans cet entretien que ce leader musulman, enseignant émérite, ambassadeur de paix nous a accordé après la grande prière de la fête du sacrifice qu’il a dirigé au camp Bertaud à Douala, la capitale économique du Cameroun.  

 

Bonne Fête à vous Dr Ibrahim Moubarak. La fête du sacrifice de cette année, c'est à dire l'edition 2016,  intervient dans un contexte encore particulier marqué par la recrudescence de la violence à travers le monde et surtout les zones où les musulmans sont majoritaires. Quels sont les grands enseignements de cette célébration et surtout le message que vous avez adressé à ce sujet ?

 Depuis un certain temps le monde est sous une peur de la misère et du déclin. Le réveil du dragon a influencé les ordres socioéconomiques du monde. Le monde islamique face à cela, semble être à la fois victime et naïf alors que le panarabisme n'a pas résisté à la nouvelle reconstitution qu'on veut l'imposer.
Les croyants et les fidèles de l'islam ainsi que les pays à forte communauté musulmane et ceux de la minorité musulmane étaient les plus avertis dans mon sermon, appelés à constater les crimes et des terreurs dans lesquels l'on fait usage de l'Islam et, où parfois la naïveté et l'obscurantisme est le maître mot face  à l'intelligence manipulant, d'où l'incompatibilité entre l'islam et le vécu de certaines nations ou sociétés  islamiques aujourd'hui.  Voilà pourquoi la pensée du sacrifice reste une solution psycho spirituelle pour toute l'humanité. Il faut retenir que DIEU a déclaré à travers Abraham la déclaration universelle des droits de l'homme par le refus de l’immolation de son fils d'où le droit à la vie, le droit à la liberté, le droit à l’éducation, le droit au respect et la coexistence pacifique etc. L'acte du sacrifice se fera sur un animal herbivore, mammifère qui vit organiser et en troupeau, cette bête ne consomme ni chaire, ni sang, Dieu nous a orienté à la réflexion afin que l'homme tire profit de la  vie du bélier. Voilà pourquoi je crois que les juifs, chrétiens et musulmans sont les ambassadeurs de Dieu pour la paix dans le Monde.

 

L’Islam s’entend comme une religion de paix, de soumission et de coexistence pacifique avec les autres. Comment comprendre tout de même ce bouillonnement des zones où l’Islam est dominant ?

Comme je l'ai déjà dit, je pense que certaines sociétés islamiques subissent les secousses du nouvel ordre économique mondial alors que d'autres brillent par la désolation meurtrière obscurantiste et certains par simple naïveté. Sinon le monde retient qu’environ 90 pourcent des musulmans au monde vivent et véhiculent la paix et résistent à l'islamophobie radicalise et au terrorisme.

 

Une bonne partie de ce discours ou sermon de la fête du sacrifice a porté vous le dites, sur le concept de la guerre sainte avec une requalification qui n’est pas, me semble-t-il, connu de tous. Qu’est-ce qui justifie cela ?

La guerre est la lutte armée ou le combat contre une injustice inhumaine ou criminelle.
La guerre sainte est quant à elle une lutte pour la pureté du cœur et de l'esprit, ici les armes utilisées ne sont que la foi,  la crainte de Dieu et l'amour pour Dieu cependant,  l'ennemi à combattre est sa propre passion, son esprit du mal; elle est la guerre contre soi-même pour sa perfection spirituelle et morale, c'est elle la grande guerre car chaque être humain le fera toute sa vie sinon le monde ne connaîtra ni de paix véritable et non plus de la vraie coexistence pacifique entre les populations du monde sans distinction aucune .... Voilà pourquoi j'appelle  chaque citoyen du monde à y adhérer. Ainsi compris, elle est la promotion et la  valorisation de l'éthique et de Valeur humaine voire morale.

Un grand sujet d’actualité en Afrique, le Gabon avec la crise postélectorale qui marque ce pays actuellement, ne vous a pas échappé. Comment la Oumma, les leaders spirituels musulmans et l’Islam comprennent ce problème qui ne laissent aucune entité indifférente ? Quel est le message spirituel que vous avez adressé aux gabonais et à la communauté internationale à cet effet ?

J’ai appelé la population gabonaise,  toute la politique gabonaise et les partis politiques à faire montre de foi,  d'humanisme et de fraternité. J’ai dédié pour eux la notion de la guerre sainte dont j'ai fait mention ci haut, le Gabon ne mérite pas la barbarie. La démocratie n'est pas une vie, ni un corps et son esprit elle est un modèle de gestion de la société alors il faut qu'on arrête d'éliminer les vies humaines ou de détruire son pays pour des raisons démocratiques. La violence est un acte des gens sans foi et sans loi un peuple aussi sage que le sont les gabonais doivent tenir à la coexistence pacifique entre les populations... Les dérives de certaines nations doivent nous servir de leçons.

A La communauté internationale, elle doit savoir que sa valeur ne dépendra que de sa responsabilité ou de la manière de prendre sa responsabilité.

 

Interview réalisée par Aboubakar Sidick MOUNCHILI