Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Sa majesté Léopold Clovis NOUDJIO a pris le soin de le repréciser lui-même dans son discours lors de la remise de ces distinctions dans le cadre de 8ème édition des Eperviers Press Awards C’était le vendredi 13 avril 2018 au palais des congrès de Yaoundé.

 

C’est dans une somptueuse salle sophistiquée et taillée à la hauteur de l’événement que les acteurs sociaux, hommes politiques et médias se sont rassemblés pour recevoir du quotidien l’Epervier, des distinctions honorifiques récompensant l’effort et la compétence qui se dégagent de leur travail. Dans son souci de transparence, le journal n’a pas fait de discrimination dans le choix des récipiendaires des primes .Et pour le confirmer, il s’est rassuré de récompenser dans l’extrême objectivité, toute personne ayant abattu un travail de fer au cours de l’année 2018. Entre autres, membres du gouvernement, autorités administratives, présidentes des associations, ils ont tous répondu présent à cette cérémonie. Compte tenu de la visée de ce journal, il n’a pas été surprenant d’avoir au menu des prix dont les intitulés sont autant significatifs que le titre du journal en lui-même. Il s’agit par exemple du Grand Prix spécial de l’incarnation de la morale et de la préservation de la paix, du grand prix de l’activité sociale et du dynamisme parlementaire et du grand prix de l’excellence managériale économique pour ne citer que ceux-là.

L’occasion était choisie pour sa majesté Léopold Clovis NOUDJIO de signifier la perspicacité et la crédibilité de son journal dans les enquêtes. Il a par ailleurs réaffirmé son accompagnement au président de la République du Cameroun dans le combat contre les détournements des deniers publics. Pour preuve, dès sa création en 2010, le quotidien l’Epervier mentionnait déjà les noms de huit personnalités camerounaises comme faisant partie des pilleurs de fonds publics. Il s’agissait notamment de Louis BAPES BAPES, Amadou VAMOULKE, Catherine ABENA Tongo ONGUENE, Inoni EPHRAIM, ENGOULOU Henri, Haman ADAMA et Ibrahim TALBA MALLA.

Malgré les diverses censures par lesquelles il est passé, sa majesté peut aujourd’hui être heureux car des huit personnalités accusées, sept ont déjà été mis en incarcération. Son journal s’affirme donc comme un tiers qui n’a ni amis, ni ennemis mais qui, simplement « a opté pour la vérité et la justice afin de libérer le Cameroun des prédateurs qui, pour la majorité, se servent au lieu de servir le peuple. » Cette 8ème édition des Eperviers Press Awards aura également été l’occasion pour ces infatigables travailleurs de se distraire et de décontracter afin de poursuivre leur mission vers une émergence totale. Et leur combat ne compte s’arrêter en chemin

Raïssa NKEN