Le Cameroun renforce sa stratégie de lutte contre le covid 19. Au stade où la contamination est devenue communautaire dans ce pays, les autorités obligent désormais les populations à porter les masques dans tous les lieux publics. Les sanctions sont également annoncées pour les contrevenants à l'ensemble des mesures prises par le gouvernement prises par le gouvernement dans le cadre de cette crise sanitaire.

Une équipe des Journalistes et Communicateurs du Noun(Région Ouest Cameroun) dans une caravane de sensibilisation sur le Covid 19 dans les rues de Foumban

Des nouvelles mesures de la riposte

Outre le port obligatoire des masques dans les lieux publics, les transports en commun, le Cameroun a également décidé d'autres mesures, qui s'ajoutent aux 13 premières, prises après la détection et la multiplication des cas dans le pays. Il s'agit entre autres, de la production locale des médicaments, des tests, des masques et des gels, la mise sur pied des centres spécialisés de traitement des malades du COVID 19 dans toutes les régions, l'intensification de la campagne de dépistage et de sensibilisation à travers des voies complémentaires et le soutien de toutes les autorités y compris celles religieuses et traditionnelles.Ces nouvelles décisions ont été prises à l'issu de trois concertations autour du premier ministre camerounais, chef de gouvernement.

Ces différentes concertations ont été tour à tour, avec les responsables des partis politiques représentés à l'Assemblée nationale, les leaders religieux et traditionnels et enfin par vidéoconférence avec le comité interministériel chargé de suivre et d'évaluer la mise en oeuvre de la stratégie gouvernementale de risposte contre le coronavirus au Cameroun.

Fond spécial pour lutter contre le covid 19

Il y'a quelques jours, le Chef de l'État camerounais, Paul Biya, a créé un Fonds Spécial de Solidarité nationale de 1 milliard FCFA dans le cadre de la lutte contre le covid 19 dans le pays. Ce Fonds servira d'après le communiqué y afférant rendu public, au financement des différentes opérations relevant de la stratégie de riposte gouvernementale contre la propagation de la pandémie au Cameroun.

Si la décision de création de ce fond est saluée, beaucoup de camerounais ne manquent pas cependant de trouver son montant minable. Au regard des défis actuels du pays et même des défis avenirs pour ce qui est de l'urgence sanitaire, ces citoyens s'étonnent de ce que pour certains événements ludiques comme le sport ou même en politique, on ait souvent levé au Cameroun des budgets plus importants que ce fonds spécial au moment où les statistiques affichent le nombre de cas qui grimpe chaque jour, créant la peur et des questions chez les populations.

D'autres encore estiment et attendent toujours que le gouvernement fasse un geste fort comme cela se passe dans certains pays, en compensation sur les pertes et des difficultés que les entreprises et les citoyens connaissent depuis la mise en oeuvre de 13 mesures barrières contre le coronavirus édictées par les pouvoirs publics.

En attendant peut-être ces gestes-oxygène envers les populations qui suffoquent au fil des jours à cause de la destruction peu à  peu du tissu économique par le covid 19, le président camerounais a décidé tout de même de tenir le taureau par la corne, en marquant très rapidement son accord au ministère camerounais de la Recherche scientifique et de l’innovation pour la fabrication  de l’Hydroxychloroquine et de l’Azythromicine, l’acquisition des tests pour le dépistage massifs, la fabrication des masques de protection et des gels hydro-alcooliques. Une importante décision d'ores et déjà saluée au Cameroun.

Un peu plus d'un mois seulement après la détection du premier cas de covid 19 sur son sol, le Cameroun occupe déjà le 5ème rang des pays africain avec le nombre élevé des cas après le Maroc, l'Algérie, l'Égypte et l'Afrique du sud. Les statistiques publiées en date du 09 avril 2020 par les autorités sanitaires font état de 803 cas, 61 malades qui ont retrouvé leur santé et 12 morts.

Aboubakar Sidick MOUNCHILI