Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Après le  MALAWI et le BURKINA FASO, c'est le tour du Cameroun de recevoir le Centre de recherche spécialisé dans la lutte contre les maladies à transmission vectorielle en abrégé, en anglais, (CRID) qui a mis sur pied un comité de consultation technique pour lutter contre ces maladies au Cameroun. L’installation des membres dudit comité a eu lieu le 09 mai dans un hôtel  de la capitale, Yaoundé lors de la cérémonie de lancement du projet de lutte anti vectorielle dans le pays (PIIVeC). 

Le Pr  Charles WONDJI, directeur du CRID et chef du projet (PIIVeC) au Cameroun a présidé cette cérémonie. Ce projet nait dans un contexte où les outils mis en place pour lutter contre les maladies telles que le paludisme, la fièvre jaune la maladie du sommeil et l’onchocercose sont pour la plupart, soit inefficaces, soit tout simplement inexistants. Pour ces raisons, le  projet (PIIVeC) aura pour mission de mener une lutte efficace contre les maladies infectieuses et  à transmission vectorielle à travers l’amélioration des connaissances et le renforcement des  capacités de recherche. Et pour y parvenir le CRID compte dans un délai de quatre ans, mettre en place un environnement de recherche de haute qualité, établir une plateforme facilitant la mise en œuvre des activités de lutte contre les maladies infectieuses et surtout promouvoir la coopération avec les institutions de recherche nationales et internationales. Le projet (PIIVeC)   bénéficie d’ailleurs  d’un financement de quatre (04) milliards de FCFA pour réaliser ces objectifs généraux et spécifiques. Cette somme permettra d’établir une plate forme efficace  pour l’atteinte des ces objectifs vis-à-vis des différentes cibles qui sont les populations et les institutions exerçant dans le domaine de la santé. 

Pour sa part, le (PIIVeC)  présentera diverses innovations notamment la création et la conception des injections qui seront appliquées sur les insectes vecteurs de maladie afin de diminuer l’extension de leur virus chez les individus.

Raïssa NKEN