Politique

Déclaration du président du Conseil électoral d’Elections Cameroon (Elecam), le vendredi 24 aout 2018, répondant aux questions de la presse à l'ouverture de la quatrième session de plein droit du Conseil électoral en vue de l'élection présidentielle du 07 octobre 2018 au Cameroun. Pour Enow Abraham Egbe, le débat en cours dans le pays soulevé par certains au sujet de la présence des bureaux de vote dans les casernes militaires est même « un faux débat ». Ce n'est pas une innovation au Cameroun. Les bureaux de vote sont à la disposition des électeurs a-t-il déclaré en indiquant qu’il ne s’agit pas au Cameroun, des cas des pays où les casernes sont éloignées des populations.

Acte 5 de notre série, le portrait-robot des candidats retenus par Elections Cameroon(ELECAM). Au-delà du parcours des personnalités en présence, nous voulons esquisser une première grille de lecture afin d’évaluer leurs chances de remporter le scrutin. Parmi ces 9, Maurice Kamto. Et s’il y a une candidature qui donne des insomnies aux stratèges du RDPC, c’est bien celle de Maurice Kamto. Universitaire capé, l’homme a opéré un virage à cent  quatre-vingt degrés en démissionnant du gouvernement et en prenant la tête du MRC. De cette formation politique quasi anodine au cours des deux décennies écoulées, il fait son cheval de bataille pour les élections présidentielles d’octobre prochain.

Acte 4 de notre série, le portrait-robot des candidats retenus par Elections Cameroon(ELECAM).  Au-delà du parcours des personnalités en présence, nous voulons esquisser une première grille de lecture afin d’évaluer leurs chances de remporter le scrutin. Parmi ces 9, il y’a Cabral Libii. Ils ne sont pas nombreux, les observateurs et analystes politiques qui donnaient une chance au candidat du parti UNIVERS de se retrouver dans la short-list des candidats retenus pour prendre part au scrutin de l’élection présidentielle du 7 octobre prochain.

Acte 3 de notre série, le portrait-robot des candidats retenus par Elections Cameroon(ELECAM).  Au-delà du parcours des personnalités en présence, nous voulons esquisser une première grille de lecture afin d’évaluer leurs chances de remporter le scrutin. Parmi ces 9, il y’a Garga Haman Adji, celui que la presse nationale avait baptisé « le chasseur de baleines » au lendemain de sa démission du gouvernement de la République au milieu des années quatre-vingt –dix a défrayé la chronique en s’illustrant négativement sur le premier plateau de débat télévisé organisé par la télévision nationale.