Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont été parmi les premiers à voter moins de deux heures après l'ouverture des bureaux de vote. Tout le pays compte 25 000 bureaux au total pour près de 10 millions d'électeurs attendus pour départager les deux anciens chefs de l'État arrivés en tête au premier tour. Le jour s'est vite levé à Antananarivo et dans toute la grande île.

 

Les premiers malgaches ont pris aussitôt le chemin des bureaux de vote. "C'est un scrutin important pour nous car il va nous offrir un nouveau président, même comme ce sont tous les deux, des personnalités qui ont déjà dirigé notre pays. Aujourd'hui, le contexte est différent, les défis aussi, donc c'est important pour moi de voter", déclaration d'une électrice, rencontrée à la sortie d'un bureau de vote, la mine dégagée, la quarantaine sonnée, son fils accroché sur elle.

Ce n'était pas encore la grande affluence ces premières heures. L'on espère, une grande mobilisation, signe que les deux candidats ont réussi durant la campagne électorale pour le deuxième tour, à convaincre surtout les abstentionnistes du premier tour et aussi de susciter l'engouement de tous pour cette élection capitale pour Madagascar. Après avoir voté, les deux têtes d'affiche ont déclaré accepter le verdict des urnes et appelé surtout leur concitoyens au calme. Marc Ravalomanana pour sa part, a émis des réserves. Il a acceptera le résultat si le scrutin n'est pas entaché de fraude.

En se félicitant du travail de la CENI, la Commission Électorale Nationale Indépendante, il a tout de même évoqué des cas des fausses cartes et quelques manoeuvres de fraude. La journée s'annonce longue, les bureaux de vote ferment à 17h, heure locale pour ouvrir les palpitants moments de dépouillement et des premières tendances.

Aboubakar Sidick MOUNCHILI depuis Antananarivo.