Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Face aux défis communs qui sont les leurs, notamment, la rude concurrence des compagnies occidentales sur le ciel africain, le développement technique et du trafic qui passent par l’arrimage aux normes et standards internationaux, la conquête du ciel et du marché africain, les compagnies africaines resserrent leur rang pour apporter des réponses communes. Ces défis ont été entre autres au centre des préoccupations de la 2ème réunion annuelle du Comité exécutif de l'Association des Compagnies Aériennes Africaines (AFRAA) qui s’est tenue le lundi 30 juillet 2018 à Yaoundé, la capitale camerounaise.

Le comité exécutif de l'Association des Compagnies Aériennes Africaines (AFRAA) est responsable de la supervision de la politique de l’Association ainsi que de la supervision de la mise en œuvre des projets  et programmes par le secrétariat. Les 11 membres de ce comité restreint composé des directeurs généraux des compagnies aériennes africaines ont discuté plus spécifiquement en terre camerounaise du développement du transport aérien sur le continent, l’ouverture des cieux africains avec un accent sur la défense des intérêts commun de leurs compagnies, le développement rapide et propice de ces compagnies conscientes des défis qui sont les leurs et des attentes énormes de la part des populations africaines en général et particulièrement de la clientèle. Point besoin de le rappeler, chaque compagnie aérienne en Afrique est une fierté pour le pays d’origine. L’on sait par exemple ce que représente la Camair-co au Cameroun et aux yeux des camerounais.

C’est d’ailleurs cette compagnie, membre du comité exécutif  l'Association des Compagnies Aériennes Africaines (AFRAA) qui a reçu cette assise du comité exécutif de cette association qui se tient quelque mois après la rencontre tenue en avril 2018 à Nairobi au Kenya.

Cette association travaille en étroite collaboration avec l’Union africaine et l’aviation civile africaine. Les rapports des travaux de Yaoundé seront remis au comité de pilotage de cette même association qui se retrouve en octobre 2018 toujours dans la capitale camerounaise.

Sorelle EMAGNETIK