Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’avenir est plein d’espoir a souligné Alamine Ousmane Mey, le ministre camerounais de l'économie, de la planification et de l'aménagement du territoire, le Mercredi 25 juillet 2018 à Yaoundé, lors de la signature de la convention de financement du « Dispositif d’Appui à la Compétitivité du Cameroun». Comme lui, les  acteurs présents qui étaient présents parmi lesquels les différents représentants des organisations patronales au Cameroun, sont tous d’accord que c’est une nouvelle et autre belle page de la coopération entre le Cameroun et son grand partenaire, l'Union européenne qui est entrain de s'ouvrir. D’un montant de 10 millions d’euro, soit un peu plus de 6,5 milliards de FCFA, l’Union européenne souhaite à travers ce nouveau programme qui s’étale sur 5 ans et couvre tout le Cameroun, encourager les réformes nécessaires et accompagner les entreprises locales, moteur de la croissance. Deux  groupes cibles sont identifiés comme bénéficiaires à savoir les Organisations Intermédiaires et les entreprises, toutes du secteur privé.  



Il s’agit, de façon générale, de soutenir le développement inclusif de l’économie camerounaise, le processus d’intégration économique et commercial régional et l’accompagnement de la mise en œuvre de l’Accord de Partenariat Economique(APE) a indiqué de son côté, l’ambassadeur, Chef de la délégation de l’Union européenne au Cameroun, Hans-Peter SCHADEK.

 L’ambassadeur Hans-Peter SCHADEK, Chef de la Délégation de l’Union européenne au Cameroun

Cela va se passer à travers l’appui aux entreprises et Organisations Intermédiaires du secteur privé, l’amélioration du  climat des affaires  et enfin celle de la normalisation et l’efficacité énergétique (EE) des entreprises, retenus comme les trois volets que couvre ce vaste dispositif.

Une véritable aubaine

L’économie camerounaise trouve là un outil supplémentaire qui arrive à point nommé pour lui permettre de s’arrimer aux exigences de l’économie mondiale aujourd’hui et même de demain, très ouverte et en pleine mutation. Le dispositif d’appui à la compétitivité du Cameroun « accompagnera et appuiera les entreprises nationales dans leurs efforts d’auto structuration et de remise en question permanente dans le contexte de la mondialisation » a indiqué le ministre Alamine Ousmane Mey. Le dispositif ainsi mise en œuvre prévoit la sélection des entreprises pour le renforcement de leur capacité en matière d’organisation et de gestion, de production, de veille technologique et concurrentielle, de commercialisation, de démarches collectives localisées, d’innovation, de recherche et d’obtention de financement.  Dans le même volet, il est question de faciliter  l’accès au financement pour les entreprises et start-up.

Le Cameroon Business Forum (CBF) trouve là aussi un cadre et outil précieux  qui facilitera la mise en œuvre et le suivi de ses recommandations à côté de la place de choix que ce dispositif accorde au dialogue Public-Privé. Au terme des 5 années de mise en œuvre  de ce « Dispositif d’Appui à la Compétitivité du Cameroun», il sera question de parvenir aussi à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de la Normalisation (2018-2022), d’avoir réussi à faire élaborer et publier des préparations des décrets d'application de la loi cadre sur la qualité au Cameroun. Autre domaine où les avancées seront notoires, celui de l’énergie dans les entreprises. Cet instrument de développement, objet de la convention entend apporter un appui direct aux entreprises pour l'optimisation de la consommation énergétique et améliorer leur compétitivité, sans oublier l’optimisation aussi de la mise en œuvre du Plan d’Action pour l’EE dans le secteur de l’électricité au Cameroun.

Alamine Ousmane Mey, Ministre de l'économie, de la planification et de l'aménagement du territoire du Cameroun  délivrant son discours après la signature de la Convention.

C’est une opération gagnante que le Cameroun vient ainsi de réaliser avec son plus grand partenaire avec ce dispositif, un soutien sans contrepartie qui s’inscrit dans le 11eme FED, le Fond Européen de Développement. Il reste seulement un seul enjeu, celui d’une bonne mise en œuvre. Et à ce sujet, il n’y a pas de doute que les deux parties à travers tous les mécanismes disponibles et les différentes interfaces vont s’activer pour la réussite sur le terrain afin que le Cameroun à travers son secteur privé et conscient de ses défis, profite au maximum de ces énormes opportunités.

Aboubakar Sidick MOUNCHILI
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.