Sport

Le stade d'Olembé sera livré dans les délais. Il a fallu cette sortie de Samuela Isopi, ambassadrice de la République de l’Italie au Cameroun et des responsables de la société Piccini qui pilote ce chantier pour que les camerounais aient le cœur net en ce moment à propos de l'un des imposants stades du pays, sinon le plus important en terme de capacité d'accueil devant accueillir la Can 2019. Pour beaucoup, l’attente  de voir le stade d’Olembe annoncé à grande pompe est déjà trop longue. Certains ont même parlé d’un bluff du gouvernement et une quasi-impossibilité pour le constructeur dudit stage à tenir les délais. Ce qui réduirait les chances du Cameroun pour l’organisation de la plus grande fête sportive continentale de football, Edition 2019 au sujet de laquelle, une mission de la Confédération Africaine de Football(CAF) est annoncée dans les prochains jours dans le pays. Le complexe sportif d’Olembé, d’une capacité de 60 000 places, est l’une des grosses réalisations attendues pour une véritable réussite dans l’organisation de cette compétition au Cameroun pour la deuxième fois, après l’édition de 1972.

Il a été remplacé par Luc Nkoa  à la tête de la coordination des sélections nationales. La nouvelle est tombée mercredi  9 mai. André Nguidjol Nlend cédera ainsi son fauteuil. Son remplaçant est député Rdpc dans la région du centre, homme d'affaires et 4eme vice-président de la Fecafoot. Ce nouveau chef de l'opération logistique a pour lourdes charges de veiller au bon fonctionnement des sélections nationales lors des différents déplacements. Un  poste très délicat et stratégique car il génère plusieurs fonds d'investissements.

Pour un coup d'essai un coup de maître a-t-on coutume de dire, Fru Jeff Nde l'a démontré lors des jeux islamiques en Azerbaïdjan pour sa toute première sélection dans l'équipe espoir camerounaise​. Convoqué par le sélectionneur national de cette catégorie Richard Towa, le latéral gauche et défenseur de formation a su tirer son épingle du jeu.

Ventre affamé n'a point d'oreilles, a-t-on coutume de dire. Cet adage qui stipule que pour mieux réfléchir, on a besoin de réunir plusieurs conditions à l'instar de manger suffisamment et en qualité pour dégager une énergie adéquate. L'incident survenu mardi à Bruxelles considéré comme un fait divers pour certains, est le vécu des lions  indomptables dans un hôtel situé dans la capitale belge. Cet établissement hôtelier qui était par ailleurs le camp des poulains de Hugo Broos pour les préparatifs de la deuxième sortie du match amical,  a privé les coéquipiers de Benjamin Moukandjo du déjeuner. Selon des sources concordantes, à l'heure du déjeuner, le responsable dudit hôtel a bloqué l'accès de la salle à manger sur le nez des joueurs venus pour satisfaire leurs besoins. À l'origine de ce désastre, facture non payée. Un évènement produit à quelques heures de la confrontation.