User Rating: 0 / 5

Star inactiveStar inactiveStar inactiveStar inactiveStar inactive
 

On dirait que la côte d'alerte humanitaire est atteinte au Cameroun. L'insécurité et la violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dans le cadre de la crise dite anglophone, "ont poussé 437 000 personnes à fuir vers d’autres parties du pays et obligé plus de 32 000 autres à se réfugier au Nigeria voisin. Quatre millions de personnes sont touchées par ce conflit" souligne une note d'information du Bureau régional pour l'Afrique occidentale et centrale (ROWCA) de l'OCHA, Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies parvenue à notre rédaction.

La même note indique aussi que " suite à la détérioration de la situation dans le nord-est du Nigeria, plus de 10 000 nouveaux réfugiés sont arrivés au Cameroun en 2018, portant à 100 000 le nombre total de réfugiés nigérians". Cette situation se complique davantage avec la persistance des attaques armées dans la région de l'Extrême-Nord et de nouveaux réfugiés en provenance de la République centrafricaine.

La situation devient visiblement intenable pour le Cameroun et pour de nombreuses personnes dont des femmes et des enfants. Ce qui a amené la Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice humanitaire des Nations Unies pour le Cameroun, Allegra Baiocchi, et la Directrice de la protection civile du Cameroun, Yap Mariatou, à lancer une alerte en direction des représentants des principaux pays donateurs sur ces "développements inquiétants et l'augmentation drastique des besoins humanitaires dans le pays". Cela a été fait dans le cadre de la présentation du Plan de réponse humanitaire conjoint 2019 des Nations Unies et de ses partenaires, en coordination avec le Gouvernement camerounais souligne la note d'information.

Les attaques contre les civils, soutiennent ces deux responsables, "ont augmenté et un grand nombre de personnes touchées par le conflit survivent dans des conditions difficiles, sans assistance humanitaire, en raison du sous-financement considérable de la réponse humanitaire" avant de conclure que le Cameroun ne peut plus être une crise oubliée aujourd'hui, il doit, plus que jamais, être une priorité. Un soutien international s'avère à cet effet nécessaire et urgent. D'après les Nations-Unies, à cause de cette crise au départ dans deux régions seulement du pays, qui a touché a un moment d'autres régions comme, l'ouest et le littoral, les Nations estiment qu'environ 4,3 millions de personnes, soit une personne sur six, en majorité des femmes et des enfants, ont besoin d'assistance vitale soulevant qu'en un an par exemple, ces besoins ont accru de 31%. Pour la réponse humanitaire au cours de cette année 2019, le Plan de réponse humanitaire conjoint nécessite 299 millions de dollars américain.

Ce montant permettra de venir en aide à 2,3 millions de personnes vulnérables, ce qui représente tout de même, plus de la moitié des personnes dans le besoin. L'année dernière, le besoin s'estimait dans le cadre du plan d'intervention à 320 millions de dollars et n'avait pu être financé qu'à hauteur de 40% indique la note d'information. Les populations en situation déplorable espèrent que cette année, la grande générosité des partenaires du Cameroun et d'autres donateurs sera plus importante ce sans quoi le plan de pourra être bien déployé sur le terrain et les objectifs de ce plan atteints.

Aboubakar Sidick MOUNCHILI